Biographie

Light Blazer, groupe de 7 musiciens se forme en 2012 à l’initiative de Jonas Muel, saxophoniste et compositeur. Formule totalement instrumentale au départ, Light Blazer a pour but de fusionner jazz, groove, musique répétitive. De mélanger les genres comme ont pule faire Herbie Hancock, les Breckers ou Frank Zappa.

La rencontre avec le MC Malawien Edash Quata va être déterminante, et va orienter la musique vers un Jazz-Rap très écrit au service du flow du MC. Dans la lignée de Steve Coleman, Omar Sosa qui ont su intégrer avec justesse le rap à leur musique.

Le groupe va d’ailleurs se distinguer en gagnant le tremplin jazz à Sète et se produit au théâtre de la mer en première partie de Jamie Cullum en Juillet 2013.
Light Blazer continue son développement et intègre Grands Fomats, fédération regroupant les grands orchestres de jazz français.
Jusqu’en juillet 2014, le groupe se produira dans cette grande formule une trentaine de fois, notamment dans des festivals tels que Souillac en Jazz, Maison---Laffifte Jazz Festival ou Lagny--- Jazz Festival.
Un disque « Le Laboratoire » sera enregistré. Chroniqués de nombreuses fois, il passera également en radio, sur Nova notamment.

C’est en septembre 2014 qu’Edash Quata et Jonas Muel décident d’aller plus loin dans leur collaboration, de tenter d’unir au plus juste la rap à la musique vivante. De lier les textes aux mélodies et métriques et d’imbriquer la musique au flow. Ils décident de réduire la formation à 4 musiciens afin de chercher par le dialogue soliste/MC à tendrevers un son unique. Dialogue auquel répond comme un écho, l’échange tonique de Julien Sérié à la batterie et Guillaume Marin à la basse.
Ultra Light Blazer est né.
En Octobre 2014, un premier EP est enregistré.
Depuis, le groupe se produit dans cetteformation, en clubs ou festivals notamment à la Clef Saint Germain en première partie de Blackalicious, et Jazz Naturel à Orthez.

En Juin 2015 Ultra Light Blazer est sélectionné pour participer au festival Träce du réseau 92. Apres un travail de résidencesur le son avec Frédéric Maurin de Ping Machine comme conseiller artistique, et Vincent Termidor comme ingénieur, ULB se produit au Tamanoir en première partie de The Mouse Outfit, puis au Festival Chorus des Hauts---de---Seine. Parallèlement une tournée nationale est organisée au mois de Mars 2016.

En Septembre 2016, Mathieu Debordes, pianiste intègre Ultra Light Blazer, et apporte une couleur résolument jazz tout en gardant la musique ancrée dans les codes actuels grace au travail des claviers, en s’approchant du son de Kneebody.

Ultra Light Blazer prépare maintenant l’enregistrement de son premier disque pour janvier 2018.

La presse en parle

La chronique de Citizenjazz

Lightblazer a les attributs fusionnels des groupes de sa génération. Sa musique pleine de groove coloré et de basses saignantes mélange allègrement jazz et rock avec une verve zappaïenne évidente...


Voir l'article complet

La chronique du Djam

A ne pas manquer !


Voir l'article complet

Unique, surprenant, déjanté et énergique, c’est ça Lightblazer au sunset

Attention ça décoiffe


Voir l'article complet

Article de la Dépêche 22/10/2012

Quand une sympathique journaliste de la dépêche (gers) est pressée, que tous les musiciens ne sont pas la et qu'il faut absolument pendre une photo, cela donne ça. A noter : un des meilleurs bassistes de France s'est mit a la batterie pour le cliché (le coquin).

Light Blazer au Periscope

Youpi ! ce soir c'est jazz-rock au Périscope. Première impression à l'arrivée : la scène s'est elle rétrécie pendant l'été ? Ah non, c'est seulement qu'ils sont huit sur scène ce soir alors ça fait du volume, et tout de suite ça fait aussi du volume sonore: LA PATATE ! Ça envoie du lourd, et c'est juste ce qu'il nous fallait pour un vendredi soir, pour nous dégager les oreilles, et la tête après une semaine de turbin: Un bon jazz-rock des familles, groove, funk, soul... Ouf c'est bon de retrouver les clubs ! Le Light Blazer est un groupe d'énervés mené par Jonas Muel au saxophone ténor et aux compositions. Ils viennent d'un peu partout en France mais le groupe s'est formé en 2010 à Paris (Ville incontournable?), le régional de l'étape ici c'est le batteur Julien Goepp. Les ingrédients gagnants de Light Blazer : - Des super musicos : sax ténor, sax alto, trompette, vibraphone, batterie, guitare électrique, basse - un tchatcheur, black dégingandé au grand cœur - des compositions originales aux multiples ambiances - et de l'humour Les titres des morceaux sont souvent énigmatiques; en début de set sur Histoire d'un ruisseau mélancolique sur fond blanc Julien Soro, prend la main au saxophone alto pour un solo ébouriffant qui donne le ton et le niveau de leurs prétentions. Laboratoire est un titre emblématique du groupe confie Jonas Muel, un jazz-rock-fusion ouvert à différentes influences : de la poésie groovale nous dit-il. Les soufflants sont très en avant, et donnent cette impression de puissance sous contrôle, la rythmique délivre une pulsation syncopée délicieuse, et le vibraphoniste et le guitariste participent tour à tour à créer des ambiances rock ou électro. Une autre direction est un titre très original, avec des séquences qui tournent à la Philip Glass, propice aux déambulations des différents solistes. Jonas Muel présente un morceau, basé sur l'histoire d'une rencontre amoureuse magnifique pleine de promesses mais qui au final s'arrête en laissant des souvenirs indélébiles : Verrue génitale. Le talent et l'humour s'accordent à merveille. Le dernier titre Cul d'oursin est l'occasion d'un duel trompette et sax alto qui nous laisse ... sur le cul. Le groupe est parti pour une tournée qui comptera sept dates et qui a commencé par Lyon (bon choix madame), un album est annoncé pour l'année prochaine. Nous, nous surveillerons leurs lumières. Jean-Marc Aguirre


Voir l'article complet

Light Blazer en fusion au periscope ce soir

Empruntant aussi bien au rythm’n blues, aux pièces contemporaines écrites par Steve Reich qu’à ses premiers inspirateurs, le saxophoniste propose un séduisant collage sonore.


Voir l'article complet

Light Blazer : Quand le jazz rencontre le rock et le rap.

Ce laboratoire de musiciens nous offre un résultat détonant avec quelques très bonnes surprises, une harmonie d’instruments réussie sur plusieurs morceaux, notamment « une autre direction », et une énergie aussi contagieuse qu’une grippe aviaire dans un poulailler en octobre...


Voir l'article complet

Rauret : La petite histoire du festival "Résonance entre Allier et Loire"

"Light Blazer a ensuite servi son puissant jazz-fusion-hip-hop emmené par le talentueux MC, Edash, et les savoureuses compositions (mention spéciale pour histoires de ruisseaux mélancoliques sur fond blanc" de Jonas Muel, que le public a apprécié"